Mon histoire (2) : l’organisation de ma personnalité

Définitions préalables :

Self : tout ce que je reconnais comme étant ‘moi’, composé de sous parties plus ou moins organisées. Voici une image pour illustrer :

self

 

Sur ce dessin les sous parties de mon moi sont de couleurs différentes, certaines sont restées en blanc car je ne les connais pas consciemment.

 

 

Introjection : processus inconscient au cours duquel la personne intègre des valeurs, des comportements de personnes référentes comme si cela venait d’elle, de ses propres expériences.

L’organisation de ma personnalité

L’organisation de ma personnalité, mon self, ainsi que ma problématique avant la découverte officielle de la pathologie étaient directement liées aux introjections faites dans l’enfance, aux croyances que je me suis forgée dans les premières années de ma vie. Afin que ce soit un peu plus clair je dirais que n’étant pas une enfant désirée par mes parents, je croyais que je devais être le plus discrète possible, ne pas déranger. Je suis alors quelqu’un de discret qui ne croit pas en sa valeur, en ses potentiels. Dans le CAPRA1 je décrivais ma manière d’être au monde :

« Lors de la session de formation qui aborde les sujets des introjections, injonctions et conditions de valeur, nous sommes tous remués dans le groupe. On se souvient de ce que l’on a entendu et on se voit faire avec nos enfants : fais-ci, fais-ça, fait pas ci, fais pas ça ! Laissons la culpabilité au portillon et tâchons de comprendre ce que sont ces herbes : mauvaises ou auxiliaires ? …
… Je me rends compte que le manque de considération positive dans l’enfance joue un rôle négatif sur le regard que j’ai sur moi à l’âge adulte. Tout ce qui a été dit ou induit par les parents principalement, a fait qu’il m’était impossible de compter sur l’adulte pour avoir une construction de ma personnalité positive : celle-ci s’est construite en réaction, dans un processus de protection principalement.

De même qu’il ne m’est pas possible d’avoir confiance dans la personne représentant l’autorité. J’y voyais et y vois toujours une trahison possible, donc je ne me montre pas ! Mais il y a une partie de moi qui réagit fortement depuis quelques années et qui cherche à comprendre en même temps que de me reconstruire à partir de mes propres valeurs. Mais ce background est là : puis-je en diminuer l’influence ?…

… De mettre ces injonctions à jour entraîne l’effondrement des valeurs anciennes, une déstabilisation et amène une fragilité. Sur quoi /qui puis-je me reposer ? Comment puis-je être soutenue et par qui ? »
Ainsi je grandis dans ce schéma.

Et pour me protéger je crée des défenses, une muraille difficile à franchir, l’entrée étant étroite et cachée. Mais qui dit muraille dit rigidité dans ce self, manque de souplesse. Je comprends aussi petit à petit que le self n’est pas d’un bloc qu’il est composé de parties différentes à la fois liées entre elles et qui pourtant peuvent réagir différemment. Par exemple une partie cherche à comprendre, à mettre la lumière sur qui je suis alors qu’une autre entretien la muraille.

En plus du besoin d’éclairage il y a le besoin de changer cet intérieur de refaire la peinture, d’y mettre des matériaux plus sains.
Ce mouvement qui finalement est très fort, m’amène tranquillement au point de bascule, à la chute, au chaos.

1-V. LETELLIER, Certificat d’Aptitude pour la Relation d’Aide, Naissance à l’Écoute, 2011. (Écrit réalisé en 2ème année d’étude)

Un commentaire sur “Mon histoire (2) : l’organisation de ma personnalité

  1. Il me tarde de lire la suite…
    Peut-être que ta venue, la lecture de ce blog, va m’aider à reprendre du poil de la bête, car oui, aujourd’hui, c’est le chaos.
    Merci

    View Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *