Mon histoire (3) : l’expérience de maladie et la notion de « ressort invisible »

Point de bascule : l’expérience de maladie

Le chaos

Le chaos est ce que j’ai vécu au moment de l’annonce. Il n’y a pas encore de diagnostic, mais les médecins savent tout de suite qu’il se passe quelque chose de grave.
Ce que je vis à ce moment-là est un choc suivi d’un effondrement. La sensation d’être comme suspendue dans je ne sais quoi. D’être suspendue et lourde en même temps tout en contemplant l’effondrement de mon monde connu et de mes capacités physiques. Celles-ci ont commencé à revenir lorsque le diagnostic a été posé.
Une des premières lectures qui m’a servie pour cet écrit a été Le Ressort invisible1 de Fischer. Je voulais comprendre les mécanismes qui se mettent à l’œuvre dans ces moments.

Nous verrons que personne n’est en réalité préparé pour affronter de tels événements ; aussi chacun doit-il puiser au plus profond de lui ces forces dont il a besoin pour survivre ; il découvre alors que c’est en luttant pour sa vie qu’il survit et ainsi il se révèle à lui-même d’une façon tout autre qu’il ne le pensait.2

Effectivement, ma réaction était imprévisible. Le dépouillement dans lequel l’annonce nous projette, a révélé des forces que je n’avais pas soupçonnées jusque-là. D’autant que

dans de telles situations, les apprentissages antérieurs, les acquis de l’expérience passée sont, pour la plupart, défaillants car la vie ordinaire nous prépare seulement à ce à quoi on doit s’attendre et non au reste.3

D’où viennent ces forces ? Ce ressort ? Est-ce réellement le chaos ? En revisitant cette période ce n’est plus le terme de chaos qui me vient, mais un dépouillement, un épurement. Dans une telle situation, la personne est « épurée de son enveloppe socialisée »4 . Il y a « déstructuration de l’identité »5 connue mais à la recherche de sa véritable identité. Une des questions qui se pose pour moi et que Fischer pose aussi dans son ouvrage est :

Que se passe-t-il quand cette enveloppe se trouve soudain arrachée, quand nous sommes brusquement dépouillés et que le noyau de ce fruit est mis à nu, à vif comme une blessure mortelle ? .6

Pour moi c’est la peur, l’effondrement physique et psychologique. Plus rien de moi ne tient debout, plus de béquilles, plus de cale. C’est alors que nous sommes dans une situation extrême dans l’acception de Fischer.
Mais … heureusement il y a un mais. Je sens aussitôt qu’il y a un puissant mouvement à l’intérieur de moi. Une partie de moi, de mon self, prend mon destin en main.
A travers les recherches que j’ai pu faire, j’ai découvert plusieurs manières de voir, de décrire ce processus.
Le Dr Christian Tal Schaller nous explique que

le corps humain dispose d’une intelligence des millions de fois supérieure à l’intelligence des savants. Si le corps choisit la maladie, ce n’est pas parce qu’il devient soudain un faux frère, un traître qui nous veut du mal. Bien au contraire, car la maladie est une étape de désintoxication et un appel au changement. Les malades qui se sont guéris de maladies graves ont compris que la guérison est toujours le fruit d’un travail naturel du corps qui sait comment se dépolluer et se régénérer quand on ne contrecarre pas ses efforts.7

Serge Tisseron, quant à lui parle

d’une aptitude – que chacun possède à un degré ou un autre. Cette force qui nous permet de négocier avec les ruptures de l’environnement et les bouleversements qui en résultent.
… la résilience est à la fois la capacité de résister à un traumatisme et celle de se reconstruire après lui.8

Mais juste après l’annonce, le choc, il y a un moment transitoire. Entre se rendre compte que la vie d’avant n’est plus, une différenciation entre le maintenant et l’avant, entre ma situation et celles des autres. Il s’agit d’une

redisposition psychique » qui « entraîne une sorte de retournement de l’individu lui-même dans le sens où son univers intérieur change à son tour. Il s’agit d’un phénomène profond mais caché à travers lequel il transforme aussi ce qu’il pense de la réalité.9

Pour moi cela évoque l’idée d’accouchement de soi, même s’il y a une perte, celle de son ancienne identité. Mais néanmoins il subsiste une part de cet ancien soi.
Et peut-être que la vision de Rogers qui à mon sens n’exclut rien de ce que j’ai pu rapporter, résume et à la fois donne un autre éclairage de ce qu’est ce mouvement :

lorsque la personne est très juste avec elle-même, l’actualisation individuelle se met en harmonie, à l’unisson avec la tendance formative de l’univers.
L’actualisation se fait aussi en confrontation avec des difficultés, on se met en route pour les dépasser.

Il s’est bien agi pour moi d’une actualisation de mon self, d’une mise à jour de ma cartographie intérieure.
L’organisme va réagir de la manière dont il perçoit les expériences qui sont autour de lui et ça, ça va venir toucher ou pas le champ perceptuel. La perception et suivant comment cette perception va être symbolisée par le self, le comportement ou l’organisme va agir de telle ou telle manière. Le champ perceptuel est pour l’individu, réalité. C’est à dire que c’est l’ensemble des perceptions de l’individu, conscientes ou inconscientes qui font sa réalité.
Une des caractéristiques de l’être humain est qu’il est lui-même et en même temps objet de lui-même : il a la capacité de se regarder, de s’observer et de prendre conscience de soi.

Et si je fais le lien avec mon expérience de maladie, quel a été mon regard de l’intérieur et mon regard sur cette expérience ? Comment s’est mise en œuvre mon actualisation dans cette expérience ?

1-G-N. FISCHER, Le Ressort invisible, Vivre l’extrême, Paris, Ed. Seuil, 1994.
2-Ibid., p. 13.
3-Ibid., p. 24.
4-G-N. FISCHER, Le Ressort invisible, Vivre l’extrême, Paris, Ed. Seuil, 1994, p. 27.
5-Ibid., p. 27.

6-Ibid., p. 31.
7-J-Y BILIEN, Les chemins de la guérison, [documentaire], Big Bang Boum Films, année inconnue.
8-S. TISSERON, La Résilience, PUF, Que Sais-je, 4ème édition mise à jour, 2007, p. 5.
9-G-N. FISCHER, Le Ressort invisible, Vivre l’extrême, Paris, Ed. Seuil, 1994, p. 100.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *