LE PROCESSUS THÉRAPEUTIQUE, LE THÉRAPEUTE, L ‘APPRENTISSAGE (2)

II- LE THÉRAPEUTE

 

En utilisant le voyage pour Shambala comme métaphore appliquée à la psychothérapie, j’envisage de me servir d’un guide pour accompagner mon parcours. Or, je me rends compte que comparer le thérapeute centré sur la personne à un guide pourrait sembler absurde, puisqu’un guide est censé conduire et diriger, ce qui est en contradiction avec le rôle politique joué par le thérapeute inspiré par la philosophie de Carl Rogers. hot-air-1373167_1920Cependant, il n’est pas dit que le seul fait de « guider » implique nécessairement la concentration du pouvoir et de la responsabilité entre les mains du guide. Si je devais faire appel à quelqu’un pour m’accompagner sur les sentiers de l’Himalaya, je ne choisirais pas un avocat de Wall Street, aussi habile et compétent qu’il soit; pas plus qu’un professeur de géographie, fût-il un spécialiste des chaînes montagneuses asiatiques. Je ne choisirais pas non, plus un « ranger » californien en dépit de sa longue expérience des grands espaces inhabités. Enfin, je ne demanderais pas à des amis de jouer ce rôle, bien que leur compagnie soit de nature à rendre le voyage plus agréable. Pour entreprendre un tel voyage, j’aurai besoin d’une personne ayant certaines caractéristiques particulières aptes à faciliter mon pèlerinage. Je ferai ce que tout voyageur prenant le risque d’escalader 1’Himalaya ferait: j’utiliserai les services d’un guide appartenant à une tribu montagnarde du haut Népal: un SHERPA.

Pourquoi un Sherpa ?trekkers-339972_1280

J’imagine le Sherpa doté de quatre caractéristiques importantes qui faciliteront mon voyage :

1) Le Sherpa est prêt à faire en sorte que le voyage soit le mien. C’est moi qui choisirai ma destination, ainsi que le sentier qui m’y mènera. Bien qu’il puisse suggérer différentes voies, ou indiquer des pistes que je n’aurais pas aperçues auparavant, le choix final m’appartiendra. Il ne tentera pas d’imposer sa présence dans mon voyage, sauf si cela s’avère nécessaire. La conscience de son importance ou de son succès personnel n’est aucunement liée à la manière dont je le traiterai ou à quelque évènement que ce soit. Il se sent simplement engagé à être mon compagnon-guide dans ce parcours. Quant à sa récompense, en plus des honoraires que je lui verserai, elle lui sera donnée par le développement de sa conscience en tant que, compagnon-guide et l’enrichissement de son expérience vécue des grands espaces.

…à suivre… 😉 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *